Review : Mockingjay, Suzanne Collins

Mockingjay by Suzanne Collins (Hunger Games #3)

August, 24th 2010 (US)
Scholastic

Description

Against all odds, Katniss Everdeen has survived the Hunger Games twice. But now that she’s made it out of the bloody arena alive, she’s still not safe. The Capitol is angry. The Capitol wants revenge. Who do they think should pay for the unrest? Katniss. And what’s worse, President Snow has made it clear that no one else is safe either. Not Katniss’s family, not her friends, not the people of District 12. Powerful and haunting, this thrilling final installment of Suzanne Collins’s groundbreaking The Hunger Games trilogy promises to be one of the most talked about books of the year.

My review

Ce roman me hante depuis que je l’ai commencé et me hantera sûrement encore longtemps. Tellement de réflexions, de questionnement personnel, pour une histoire qui se situe dans un monde de fiction mais qui décrit des situations réalistes. Oubliez les deux premiers livres, ce dernier tome de la trilogie Hunger Games est complètement différent. Oubliez les Team Peeta, Team Gale, Team Katniss, franchement on s’en fout, cette saga vaut largement mieux que ces pseudos histoires de romance et de triangle amoureux. L’atmosphère est tellement sombre, les blessures tellement difficiles à supporter aussi, cela n’a plus rien à voir avec livres YA qu’on connait. Oh il y a bien quelques pointes d’humour dans la première partie du livre, mais le sourire s’efface bien vite et on plonge dans l’horreur, dans un cauchemar.

Bien sur il y a de l’action, des rebondissements, de la tension. Mais c’est surtout un état, un ressentiment qui pèse sur le cœur et la conscience. Les personnages ont évolué depuis le premier tome et continuent dans ce livre. Une gravité s’installe, l’innocence se perd. Des révélations sont faites dans la vie du Capitole, affreuses, et retournent l’estomac. A travers les yeux de Katniss, on assiste au drame de la guerre, une vraie guerre, avec des choix à faire, parfois implacables, des victoires sans saveur, des pertes. Rappelons que Katniss, notre héroïne depuis 2 livres, n’a que 17 ans et a déjà du subir des épreuves comme nulle autre personne ne pourrait survivre, et ce depuis la mort de son père. Sa vulnérabilité n’a jamais été aussi forte et aussi bien décrite dans ce livre. Complètement déboussolée, elle a des passages à vide. Son traumatisme est très dur à assimiler pour le lecteur et empire. Les derniers chapitres m’ont vraiment fait mal. Mais Katniss n’est évidemment pas la seule à souffrir. Je n’étais pas une fervente admiratrice de Peeta dans les différents Hunger Games, vous le savez bien, et pourtant il a réussi à m’émouvoir par ce qu’il vit et subit. Je n’ose même pas imaginer comment les supportrices de ce personnages vont réagir à ce changement. Ce n’est pas une compétition de la douleur mais lui en bave clairement.

Ça n’exempte pas le roman de quelques faiblesses cependant. Le traitement de certains personnages secondaires est totalement mis de côté par l’auteur qui préfère se focaliser sur le traitement de la rébellion. C’est un choix mais ça donne des lieu à des déceptions et même de la colère car on aimerait tous en savoir davantage sur des personnages qu’on connait pour certain depuis le début de l’histoire. La narration est biaisée puisqu’on voit l’histoire à travers les yeux d’un seul personnage mais beaucoup de choses sont passées sous silence et se passent sans explications, de sorte qu’il faut que le lecteur réfléchisse par lui-même, lise entre les lignes et fasse sa propre interprétation, sans pouvoir savoir si c’est vrai ou pas. Le dénouement me paraît un peu précipité et le devenir de Panem n’est pas abordé. Dommage car l’aspect politique est un des aspects les plus intéressants de cette histoire.

Heureusement, certains moments sont très beaux dans cet hymne à la paix, à la tolérance et à l’espoir, malheureusement trop rares.

Il n’y a que deux choix : lâcher prise, en finir, ou au contraire s’obliger à avancer, envers et contre tout. Les blessures physiques et psychologiques comme seuls des abus et des tortures répétés peuvent entrainer sont irréversibles et marquent à tout jamais les victimes. Est-ce qu’on peut survivre après une guerre qui a laissé autant de traces, de pertes? Étant le symbole de la rébellion par accident, Katniss est utilisée encore et encore par tout le monde, le Capitole, les rebelles… Est-ce que les choses peuvent changer ou sont-elle condamnées à se reproduire comme un cycle immuable? Comment alors pouvoir imaginer un happily ever after après cette épreuve? Suzanne Collins a su surmonter cet écueil avec un épilogue à la tonalité douce-amère. Est-ce que cela satisfera les lecteurs? Ce n’est pas le but de l’auteur. Le véritable objectif, c’est qu’il soit réaliste. Et ça marche. On en ressort sonné, dans le brouillard, avec un curieux goût dans la bouche. Ce roman est tout à fait surprenant et n’est pas facile à assimiler. Il conclut magistralement et dramatiquement une histoire qui restera longtemps gravé dans les mémoires.

On passe aux spoilers parce qu’il est pratiquement impossible de vouloir parler de ce livre sans spoilers. Ce sont mes réflexions sur quelques évènements qui se passent dans le livre. (ne lisez pas si vous ne voulez pas de spoilers, ce sont de gros spoilers)

La mort de Prim m’a fait monter les larmes aux yeux, surtout la perte de raison de Katniss après. C’était pour sauver Prim que Katniss s’est portée volontaire à sa place dans Hunger Games, et que tout a commencé. Et avoir fait tout ça pour ça, tout avoir été réduit à néant… La scène avec Buttercup est très émouvante.

Celle de Finnick m’a légèrement moins touchée, même si son histoire est très belle et apporte une touche de romance avec Annie. Les abus qu’il a subis à cause du Capitole m’ont bouleversée.

La relation entre Katniss et Peeta est très belle dans les épreuves qu’ils traversent tous les deux, séparément et ensemble. Elle n’est pas parfaite loin de là mais ils ont la force de se soutenir et d’avancer ensemble. Voir Peeta se comporter comme ça avec Katniss m’a vraiment fait mal au cœur. Leurs retrouvailles m’ont fait crié et m’ont fait mal. Heureusement, avec le jeu du « real or not real? », elle se restaure peu à peu même si bien sur, les traumatismes qu’ils ont subi les ont modifiés à tout jamais.

Je suis très déçue et en colère contre Suzanne Collins pour avoir fini l’histoire de Gale comme ça, d’une ou 2 phrases et d’avoir balayé ainsi d’un revers de main l’amitié entre Gale et Katniss. Gale était un roc pour Katniss, et dans les dernières pages, tout s’écroule d’un claquement de doigts. Le départ de la mère de Katniss après la mort de Prim m’a également déçue, je ne comprends pas comment elle a pu abandonner ses 2 filles en même temps. Madge est complètement absente du livre, je pensais vraiment qu’elle aurait un rôle, vu que c’est elle qui donne le mockingjay à Katniss dans le 1er livre, symbole de la rébellion.

Katniss n’a jamais choisi entre Gale et Peeta. Je me demande même s’il y avait un choix à faire. Gale a dit qu’elle choisirait celui sans qui elle ne pourrait pas survivre. Prim disparue, elle s’est tournée vers celui qu’elle a tenté de sauver par tous les moyens, sans avoir pu le protéger des tortures du Capitole. Peut-on y voir de l’amour comme Peeta nous en avait donné l’habitude dans les deux premiers livres? Je ne pense pas mais Katniss l’aime sans se l’avouer, ça brouille la perception du lecteur.

L’épilogue me donne un goût amer. Katniss ne voulait jamais se marier et ne jamais avoir d’enfants. Mais Peeta en voulait alors elle en a eu. Ça me rappelle un peu la fin de Jane Eyre quand on sent que la mère ne se préoccupe pas vraiment de son bébé. Là, on n’a qu’une description d’eux, pas de prénom, pas de signes d’affection. En même temps, ils sont tous les deux tellement brisés que le bonheur se résume à peu de chose, ils s’accrochent ensemble comme ils peuvent. Ça fait du mal de les voir comme ça, surtout Peeta.

Une de mes citations préférées :
So after, when he whispers : “You love me. Real or not real?”
I tell him, “Real.”

Advertisements

8 Comments (+add yours?)

  1. Lisa
    Dec 17, 2010 @ 12:05:35

    I’m in the beginning of this book, I have to finish it during the Christmas holidays. 😉 The only thing I can say is that I hope the end is quite happy… But I’ve heard it’s not quite the cas, that’s perhaps why I don’t want to read it lol.^^

    Reply

  2. Missy
    Dec 17, 2010 @ 12:15:15

    Lisa it’s true is not real happy ending but you must read! only because it’s the last of Hunger games and now VA is fisnished. 😉
    This my book!!!
    My first book in english and my first book touched me as much.

    Reply

    • Lisa
      Dec 17, 2010 @ 12:20:18

      Don’t worry, I will read Missy.^^ But these last three months I wasn’t in the mood for reading sad books. :p

      Reply

  3. Missy
    Dec 17, 2010 @ 12:23:01

    I don’t worry lol I understand my belmette 😉

    Reply

  4. Meumeu
    Dec 18, 2010 @ 13:25:56

    Pourquoi l’attente est si longue ici!!!!!!!!!?????? j’en peux plus, je veux savoir où est Peeta et comment tout ça va se terminer! Peeta ou Gale!! Grrrrrr

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: