Review : Linger, Maggie Stiefvater

Linger by Maggie Stiefvater (The Wolves of Mercy Falls #2)

July 13th, 2010 (US)
Scholastic

Description

In Shiver, Grace and Sam found each other. Now, in Linger, they must fight to be together. For Grace, this means defying her parents and keeping a very dangerous secret about her own well-being. For Sam, this means grappling with his werewolf past . . . and figuring out a way to survive into the future. Add into the mix a new wolf named Cole, whose own past has the potential to destroy the whole pack. And Isabel, who already lost her brother to the wolves . . . and is nonetheless drawn to Cole.

My review

Ce qui est extraordinaire dans ce livre, plus que l’histoire en elle-même, c’est la qualité d’écriture de Maggie Stiefvater. L’ayant lu en VO, Linger n’est vraiment pas difficile à lire en anglais, mais les mots de Maggie, ses phrases sont d’autant de paroles murmurées au gré du vent, comme un poème sans cesse renouvelé. Je ne sais pas pourquoi mais cela touche quelque chose dans mon cœur assez profondément pour que je me laisse juste parfois bercer par les sonorités de certains passages qui sont d’autant moments de grâce, comme rarement j’ai pu en lire dans la littérature d’aujourd’hui. J’avais également ressenti ça avec Shiver, mais moins souvent. Maggie est une artiste complète et cela se ressent totalement dans la manière dont elle écrit.

Ce qui me plait également dans cette saga, c’est l’amour éternel et inconditionnel de Sam et Grace. Ici, vous ne trouverez pas de triangle amoureux, d’hésitation ni d’acte ou pensée idiote qui séparerait ce couple. Sam et Grace sont tout l’un pour l’autre, ils n’ont pas peur de se l’avouer, de se le dire et de vivre intensément leur histoire. Sam est un garçon assez innocent, baignant dans son monde parfait avec ses livres, ses poèmes, sa musique, sa guitare, ses oiseaux en papier et Grace. Rien d’autre est nécessaire à son bonheur. Vu comme ça, il ne peut pas vraiment rivaliser avec les bad boys ou les héros hot de certaines autres sagas pour jeunes adultes. Et pourtant, son amour pour Grace le place au-dessus des autres car quoi qu’on en dise, lorsqu’on est romantique (ou pas d’ailleurs), on aimerait tous être aimé de cette manière. Et Sam fait vraiment rêver lorsqu’il s’agit pour lui d’aimer sa Grace. (« My life is in that bed »). Au contraire, Grace apparaît comme l’élément le plus fort, le plus stable dans ce couple. Malgré les problèmes qui s’accumulent et le danger qui pèse sur eux, elle fait face et résiste vaillamment afin que leur amour soit sans nuage. Il est dommage qu’il n’y ait pas de scènes plus osées entre eux, vu ce qui s’est passé dans Shiver, mais c’est un détail qui n’est peut-être attendu que par moi. lol

Cet amour pourrait être irréel, fantasmé, leur univers est ancré dans la réalité. Les obstacles qui les séparent ne viennent pas d’eux ou de possibles rivaux, mais tout simplement des parents qui retrouvent là un rôle qui était curieusement effacé dans la plupart des romans pour ados. A un âge où les sentiments sont poussés à l’extrême, comment ne pas combattre cette vision adulte qui nous force à être raisonnable, à patienter et à ne pas s’emballer? C’est une thématique assez contemporaine avec cette lutte entre adolescents qui pensent que tout est possible et adultes qui veulent calmer le jeu. D’autres menaces planent également sur eux, plus dramatiques encore, et c’est un crève-cœur de les voir foncer tout droit dessus, impuissants à changer le cours du destin.

L’histoire de Sam et Grace aurait pu très bien suffire, avec cette alternance de points de vue entre les deux personnages, mais Maggie a ajouté une dimension supplémentaire avec deux narrations supplémentaires et un nouveau personnage qui prend une importance grandissante dans le récit, au détriment des autres loups d’ailleurs. Cole est un jeune musicien célèbre qui a été transformé par Beck pour des motivations mystérieuses et assez sombres. Ce personnage tourmenté apporte un aspect noir à l’histoire très belle de Sam et Grace, mais également une touche hot, car bien entendu il faut que les adolescentes se pâment pour un beau gosse dans chaque livre. ^^ Cole remplit à merveille cet objectif, et la scène de sa rencontre avec Isabel, la sœur de Jack Culpepper, et la quatrième narratrice de Linger, est mémorable.

Si l’on ajoute que le livre américain en version hardcover est tout simplement sublime (en dure, couverture magnifique en vert tendre que l’on retrouve dans la police à l’intérieur), voici un véritable bijou qui mérite d’être possédé, lu et savouré pour chaque mot déposé à l’intérieur.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: